Aller au contenu

Prendre le train avec son vélo en France et Europe

Temps de lecture : 11 minutes

Vous souhaitez prendre votre vélo dans le train en France pour partir en voyage ? TGV, TER, Intercités…Difficile de s’y retrouver ! Découvrez notre guide complet pour prendre le train avec son vélo en France, éviter du stress et voyager sereinement.

Sommaire

Train et vélo : le combo idéal pour la mobilité douce ?

Le vélo et le train, ça fonctionne (en théorie)

Vous rejoignez votre point de départ en train avec votre vélo, faites votre voyage à vélo et rentrez en train chez vous : sur le papier ça fait rêver !

Prendre son vélo dans le train n’a que des avantages en théorie : une empreinte carbone très faible, des rencontres avec d’autres voyageurs à vélo dans le train, un réseau en France extrêmement bien maillé.

Mais en pratique….

Hélas, dans la pratique de moins en moins de place dans les trains en France pour les vélos sont disponibles… Une demande grandissante et une offre de plus en plus faible, c’est dommage !

Nous regrettons également fortement que de très nombreuses petites gares aient été fermé. C’est justement ces petites gares qui assuraient une continuité en voyage à vélo et des options faciles pour ceux qui voulaient ne pas planifier leur parcours et rentrer avec n’importe laquelle de ces gares.

Espérons que le gouvernement entendent nos réclamations et avance dans le bon sens !

Prendre le train avec son vélo : les règles d’or

On le sait, prendre le train avec son vélo est toujours une étape stressante. On a beau l’avoir fait des dizaines de fois, on a toujours cette petite appréhension au moment de nous lancer. Ce mélange d’excitation et de peur !

Il ya quand même quelques conseils à suivre pour transporter son vélo dans le train plus sereinement possible :

Vérifier que votre train accepte les vélos (démontés ou non)

Élémentaire mon cher Watson ! Mais en effet, tous les trains n’acceptent pas les vélos à bord. Encore moins non démontés ! Si vous souhaitez donc voyager avec votre vélo non démonté, il va falloir vous renseigner sur la ligne que vous prenez.

Se renseigner si la gare de départ et d’arrivée possèdent un accès handicapé

Regarder si la gare de départ / arrivée possède un accès pour handicapés. De nombreuses petites et moyennes gares n’en possèdent pas encore hélas. Ce qui rend la vie des personnes en fauteuil roulant probablement très compliqué et ne facilite pas la vie des cyclistes. Prenez donc beaucoup d’avance si vous n’avez pas d’ascenseur car il va falloir porter vos vélos à deux / demander de l’aide à des gens si besoin.

Prendre beaucoup d’avance pour prendre votre vélo dans le train

On n’est jamais à l’abri d’un pépin. De plus, si la gare est bondée il va être compliqué de circuler avec votre vélo, vous allez devoir attendre les ascenseurs, etc.

Éviter les heures de pointe (si possible)

Évitez de prendre des TERs aux heures de pointe car ils sont très prisés et parfois il faudra attendre le prochain tant le train est bondé de cyclistes. Nous nous sommes parfois retrouvés à une trentaine dans des wagons vélos fait pour accueillir 6 vélos normalement. De grands moments !

Ne pas gêner les autres usagers du train

Il peut y avoir beaucoup de monde dans le train, la situation peut être stressante et devenir un peu tendue parfois. On vous conseille donc de rester courtois et de garder le sourire : ça permet toujours de faire redescendre la pression ! Éviter également de gêner les issues de secours, toilettes, etc pour ne pas trop déranger. Pour finir, on vous conseille d’enlever vos sacoches de vélo, pour ne pas prendre trop de place en les laissant sur le vélo.

Repérer le wagon vélo du train

Pour éviter de courir partout sur le quai avec votre vélo chargé au milieu des piétons, on vous conseille de repérer en avance les wagons qui accueillent des vélos. Le plus simple est de demander au personnel SNCF à quai quel est le repère du quai sur lequel vous placer devant le bon wagon, ça permet également de lui signaler votre présence pour ne pas le surprendre au dernier moment.

Ne jamais prendre le dernier TER

Si le dernier TER de la journée est déjà plein en vélo, vous êtes coincés ! Le contrôleur a le droit de vous refuser pour des raisons de sécurité. Ils sont cependant très souvent arrangeant avec les cyclistes et n’y sont pour rien dans cette situation ! Soyez donc également courtois et sympas avec eux, tout le monde s’en portera mieux 😀

Prévoyez une bonne dose de sueur quand il va falloir monter le vélo si le train n’est pas de plein pied ! En effet, certains vieux trains ont des wagons vélos avec une marche d’au moins 40cm à monter, va savoir qui a inventé ça !

Comment prendre son vélo non démonté dans un TER ou Intercités ?

Seuls les TER et Intercités ont (en théorie) tous au moins un wagon et permettent d’embarquer gratuitement un vélo complet à bord. Seules quelques rares exceptions nécessitent de réserver une place pour votre vélo dans le TER, mais sur le site de la SNCF les infos sont en général assez claires. Vous pouvez donc – en théorie encore une fois – prendre votre vélo dans les trains régionaux facilement et gratuitement !

Le TER et les intercités ont également un énorme avantage : ils permettent de partir avec votre vélo non démonté. Une petite définition d’usage : un vélo non démonté c’est tout simplement un vélo complet. Vous arrivez donc avec votre vélo en gare, vous le mettez dans le train, et c’est parti 🙂

Très très utile donc lorsque l’on décide de voyager à vélo et que l’on a donc des bagages lourds et nombreux à retirer. Et qu’on pas forcément envie de devoir démonter des parties du vélo. Ni de devoir transporter un vélo dans une housse et toutes ses sacoches à la main.

Cependant, gardez à l’esprit qu’il est possible que vous soyez refusé voir même éjecté du train à une gare si le contrôleur estime que c’e’st un risque pour la sécurité des passagers.

Prendre son vélo dans un intercité

Les intercités permettent de prendre son vélo la plupart du temps gratuitement. Cependant, à l’instar du TER quelques trajets nécessitent une réservation. Renseignez vous bien avant de partir.

Plus d’infos

Prendre son vélo non démonté dans le TER

Petite précision concernant le vélo et le TER : même les TER qui n’ont pas l’icône « vélo » sur le site de la SNCF comportent un wagon vélo. Ils permettent donc de prendre un vélo non démonté gratuitement sauf en Bretagne en été où ils faut réserver obligatoirement (3€). Certaines fois c’est l’espace handicapés qui sert d’emplacement à « vélo ». Ce qui est évidemment loin d’être l’idéal, mais en discutant avec les contrôleurs on trouve souvent une solution. Attention surtout à ne pas obstruer le passage !

Attention également aux heures de pointe et départs/retours de weekend, les TER sont souvent remplis à ras bord de vélo et vous risquez d’attendre le prochain train faute de place pour rentrer le vôtre.

Voyager avec son vélo dans le TER en île de France, Loire et Bretagne

Il existe quelques petites subtilités pour prendre son vélo dans le train dans certaines régions :

  • En Ile-de-France, le transport des vélos est autorisé dans tous les trains (SNCF et RATP), y compris les RER dans Paris, sauf en heures de pointe (du lundi au vendredi de 6h30 à 9h30 et de 16h30 à 19h). En Alsace, les TER200 sont interdits aux vélos du lundi au vendredi de 6h30 à 8h30 et 16h à 18h30.
  • En Bretagne en été, il vous faudra réserver une place pour votre vélo pour 3€.
  • En juin-juillet-août, les Interloires Orléans-Nantes-St-Nazaire disposent de plus de 50 places vélos.

Comment prendre un vélo non démonté dans un TGV ?

Passons aux choses sérieuses : comment traverser la France avec un vélo dans un TGV ? En effet, pour les longs trajets avec votre vélo le TER est peu envisageable si vous ne voulez pas passer 2 jours entiers dans le train…

Seuls certains TGV grandes lignes en sont équipés mais il faut vérifier avant si votre train accepte les vélos. N’hésitez pas à télécharger la carte des TGV acceptant les vélos pour planifier votre voyage !

Réserver un billet vélo sur un TGV

Si vous trouvez un TGV qui accepte les vélos complets, il vous faudra payer une place pour ce vélo (+10€) en même temps que votre billet, le supplément ne pouvant pas être payé séparément (et donc pas non plus à postériori de l’achat).

Il vous faut sélectionner que vous voulez prendre votre vélo dans le train quand vous réservez votre billet sur site de la SNCF :

Ajouter un vélo à sa réservation sur le site de la SNCF

Il vous suffit ensuite de cocher l’option vélo non plié ou non démonté dans la petite popup :

Le supplément de 10€ pour votre vélo s’ajoutera automatiquement au prix de votre billet. Vous n’aurez plus qu’à placer votre vélo dans le wagon vélo du TGV en gare.

Prendre son vélo démonté dans un TGV SANS wagon vélo

Si la ligne de TGV que vous voulez prendre n’a pas de wagon vélo, il va vous falloir suivre les consignes de la SNCF : il faut prendre votre vélo en bagage (pas besoin de réserver, aucun surcoût), et le faire rentrer obligatoirement dans une housse pour vélo de 120x90cm prévue à cet effet. De façon générale, il est possible de prendre n’importe quel train rapide en Europe avec un vélo démonté et rangé dans une housse car il comptera comme un bagage.

Démonter son vélo pour le TGV : pas simple !

Votre vélo entier ne va pas rentrer en entier dans cette housse aux dimensions limitées (120 x 90cm), il va falloir le démonter en partie pour prendre le train. Les consignes sont sensiblement les mêmes que pour prendre l’avion avec son vélo :

  • enlever votre roue avant, et donc si vous partez en voyages pour quelques temps : porte-bagage avant + garde-boue avant également. Nous vous conseillons de scotcher cette roue à votre vélo sur le côté pour la solidariser avec celui-ci.
  • enlever la roue arrière si besoin (notre TX400 par exemple nécessite cette opération supplémentaire)
  • enlever les pédales : avec une simple clé plate de 15. Idem, les fixer au vélo avec du scotch ou cellophane.
  • mettre votre guidon dans l’axe du vélo

Il faut également avoir à l’esprit qu’en plus de porter ce sac, il va falloir également que chacun porte tous ses bagages. Si vous pouvez vous faire déposer en voiture à la gare avec votre vélo et vos bagages vous allez vraiment vous faciliter la vie !

Voyager avec son vélo dans un TGV INOUI

Les nouveaux TGV INOUI de la SNCF ont les mêmes conditions que les TGVs « classiques » pour transporter votre vélo :

  • Il est possible de voyager gratuitement avec votre vélo démonté et rangé dans une housse vélo (120 x 90cm), sans réservation et sur tous les trains TGV INOUI.
  • Il est également possible de prendre votre vélo non démonté et de réserver un espace vélo dédié pour 10€ dans certains TGV INOUI.  

La SNCF va de toute façon bientôt avoir terminé de migrer tous ses anciens TGV vers des TGV INOUI.

Prendre son vélo dans un OUIGO

Il est possible de voyager avec son vélo en OUIGO :

  • vélo démonté et rangé dans une housse vélo : le supplément est de 5€ par trajet. Pas besoin de réserver pour cette option, votre vélo sera un de vos bagages. Cette option est disponible sur les OUIGO Grande Vitesse ET les OUIGO Train Classique
  • vélo NON démonté : il faudra réserver obligatoirement une place pour votre vélo (10€ par trajet). Le vélo devra être suspendu et placé dans un espace prévu à cet effet. ATTENTION : Cette option n’est pas proposé sur les OUIGO Grande Vitesse, seuls les OUIGO classiques permettent de prendre un vélo non démonté à bord.

Remarque : Les vélos couchés, tricycles, tandems et remorques ne sont PAS acceptés à bord des OUIGO.

Prendre l’Eurostar avec son vélo

Il est possible de prendre votre vélo dans l’Eurostar assez facilement. Trois options s’offrent à vous :

  • démonter votre vélo (roue avant et pédales, guidon dans l’axe de la roue) et le ranger dans une housse de transport dédiée
  • transporter votre vélo non démonté : attention à bien penser à réserver sa place en avance !
  • si votre vélo est pliant et rentre dans un sac de 85 cm de long maximum une fois plié, il peut prendre l’Eurostar avec vous, puisque vous avez le droit à deux bagages à bord.

Prendre son vélo dans un TGV Lydia

Comme pour les TGV classiques sans wagon vélo, il va vous falloir démonter votre vélo pour le prendre dans un TGV Lydia. Il vous faudra également le placer dans une housse de  120 x 90 cm maximum.

Carte des trains grandes lignes acceptant les vélos non démontés (en réservant)

Prendre son vélo dans le Thalys

Prendre un vélo dans le Thalys est autorisé mais il doit absolument être démonté et placé dans une housse non rigide (de maximum 135 x 85 x 30 cm). Vous devrez ensuite vous présenter sur le quai 30 minutes avant le départ du train avec votre vélo.

Les vélos pliables sont considérés comme des bagages classiques si il ne dépassent pas les dimensions suivantes une fois repliés : 75 x 53 x 30 cm.

Tout vélo ne respectant pas ces conditions sera refusé. 

Transporter un tandem en train

Aie aie aie, le sujet est épineux tant il n’est pas clair dans les conditions de la SNCF ! Dans les faits, il est possible de de prendre son tandem dans :

  • un TER avec wagon vélo
  • le wagon vélo d’un TGV en suivant la procédure de réservation mentionnée plus haut. Cependant, il ya un risque qu’on vous demande de démonter le vélo si il ne rentre pas.
  • un TGV sans wagon vélo si vous arrivez à respecter les dimensions autorisées (120 x 90cm) en le démontant suffisamment.

Il va juste falloir jouer des coudes si le wagon vélo est déjà un peu plein. On a déjà vu de nombreuses fois des tandems dans des trains, parfois dans des positions abracadabrantesques !

En règle général les autres cyclotouristes sont super contents de filer un coup de main pour faire rentrer le plus possible de vélo-tandem-tricycle-monocycle dans le wagon vélo et s’entraide entre deux anecdotes croustillantes !

Il va falloir cependant idéalement annoncer votre tandem à un chef de gare pour qu’il attende que vous montiez le tandem dans le train. Allez-y avec votre plus beau sourire !

Sinon, vous pouvez aussi prendre le bus avec votre vélo !

Et ailleurs en Europe alors, est-il plus facile de prendre son vélo dans le train ?

Pour voyager en train en Europe, certains pays sont vraiment plus pratiques que d’autres. Parfois il faut négocier pour arriver à prendre le train avec son vélo en France alors que chez certains de nos voisins c’est un vrai plaisir !

De façon générale, à l’instar de la France les trains à grandes vitesses des autres pays européens interdisent les vélos ou vous obligent à réserver une place pour votre vélo. Les trains régionaux acceptent quasi systématiquement les vélos sans surcoût.

Voyager avec son vélo dans le train en Belgique

Un supplément de 4€ est nécessaire pour prendre le vélo dans les trains régionaux en Belgique. Cependant la réservation ne garantit pas une place de vélo disponible.

Plus d’infos

Prendre son vélo dans le train aux Pays-Bas

Très facile de prendre son vélo dans les trains régionaux aux pays bas. Un billet journalier coute 6 €. Pas de transport de vélos dans les trains Fyra (mais cela ne concerne que certains trains express). Le transport des vélos n’est pas autorisé aux heures de pointe en semaine de 6 h 30 à 9 h et de 16 h 30 à 18 h 30. En juillet et en août, aucune limitation.

Plus d’infos

Prendre le train avec son vélo en Norvège

Possible de prendre son vélo dans les trains régionaux en Norvège moyennant un supplément.

Transporter son vélo dans le train en Suède

Très facile de prendre son vélo dans les trains régionaux en Suède, impossible dans la grande majorité des TGVs suédois.

Prendre le train avec son vélo Allemagne

Très grands wagons pour les vélos dans les trains régionaux en allemagne (RE) et les trains longues distances (IC). Certains trains nécessitent de réserver un billet journalier pour son vélo.

Plus d’infos

Voyager avec son vélo en train en Suisse

Il faut réserver un billet journalier pour son vélo + une place pour son vélo + son billet de train en Suisse. Ce qui peut être un peu onéreux mais a le mérite d’être super organisé. Vous êtes sur d’avoir votre place de vélo dans le wagon vélo qui vous attends.

Plus d’infos

Prendre son vélo dans le train au Danemark

Très facile de prendre son vélo dans les trains régionaux au Danemark moyennant un supplément. Les wagons pour vélos sont incroyablement spacieux et permettent de ne pas enlever ses bagages de son vélo. Ce qui est génial quand on voyage à vélo !

7 commentaires

  1. Bonjour,
    Merci pour cet article.
    Je projette de partir à vélo jusqu’à la mer Noire sur Eurovélo 6 et j’aimerai pouvoir revenir en train.
    Je compte emporter une housse de transports pour me faciliter les trajets.
    Qu’en est-il de prendre le train avec un vélo dans les pays d’Europe de l’Ouest, les Balkans ou encore l’Italie?
    Merci pour vos retours

  2. Merci pour votre site, bien fait, tout plein de bons conseils et d’idées de voyages 🙂

    Ah la SNCF et le vélo, un vaste sujet …

    La réservation obligatoire pour les vélos est un gros progrès, on ne peut en théorie ne plus être refusé dans un train … mais reste à caser le vélo 😉

    Par contre, j’ajouterai au post précédent, que si la réservation est un bien, la façon dont elle est gérée (?) a encore une bonne marge de progrès.

    En Bretagne, mesure toute récente, que les guichetiers ne pouvaient pas faire depuis leur guichet en Juillet. OK pour vous vendre le billet, mais pour le vélo, « allez sur Internet ». A vous de le faire avec votre téléphone, donc, si vous le pouvez et trouvez la bonne appli SNCF (autre sujet), un autre cyclotouriste qui n’avait qu’un téléphone basique, non smartphone, j’entends, est monté donc dans le train sans résa vélo. Le contrôleur a été compréhensif, cette fois (autre sujet, mais ne digressons pas …).

    Autre problème, la structure régionale du TER. Bien que vous achetiez un billet à la SNCF, la région en finançant une partie, les règles diffèrent … et les systèmes de réservation aussi, et bien sûr, les systèmes de réservation, bien qu’étant accessibles à partir du même site SNCF ne sont pas interconnectés ou n’ont pas les mêmes fonctionnements.
    Résultat, l’été dernier, pour 2 personnes et 2 vélos, 6 billets de train (dont 2 Rennes-Nantes incluant la résa vélo) plus 2 réservations vélo (Nantes – Tours, « Loire à vélo », système différent), pour faire Rennes – Langeais (ouest de Tours, les trains « Loire à Vélo » ne s’arrêtant pas à Langeais, nous avons dû le dépasser pour y revenir, dans un TER ne prenant pas de réservation vélo).
    Le pire, c’est que lorsque on remonte cela aux agents SNCF, ils ne sont pas choqués, habitués qu’ils sont à leur bazar, « C’est la région, mon bon monsieur ! », aberrant, j’achète mon billet à la SNCF et pas à la région.

    La SNCF souhaite inciter à prendre le train, il faut être motivé.

  3. Malheureusement, il faut toujours être à l’affut et prévoir tout ses trajets TER au moins 1 semaine à l’avance.

    :'(

    Par exemple, en Bretagne, jusque fin septembre l’embarquement du vélo en TER exige une réservation payante de 3 euros faite au moins 2 jours à l’avance, et qui n’assure pas d’avoir une place pour son vélo.

    Pour un trajet de 40km, il devient parfois plus intéressant de n’y aller qu’en vélo et d’oublier le train qui nous dépose trop loin de la destination; ou alors d’opter pour un petit vélo pliant/démontable (on oublie les roues 700 et les freins à disque) ou une trotinnette.

  4. Le billet pour acheter le supplément vélo en TGV se vend en même temps qu’on achète un billet sur interne (article à mettre à jour) : il suffit de cocher l’option « vélo non démonté » et le supplément s’applique automatiquement

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.