Un tour du monde à vélo entre frangins avec Hey bro

Un tour du monde à vélo entre frangins avec Hey bro

Hey bro c’est l’histoire de deux frères qui vont décider de parcourir le monde à vélo. Découvrez leurs aventures sans plus attendre 🙂

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Nous sommes deux frères, qui depuis mai 2018 parcourons la terre à vélo.

Guillaume est chargé de projet dans l’automatisme et l’informatique industrielle. Scout de France, comme Kevin, pendant leur enfance, il a pris goût à l’aventure et aux valeurs humaines basées sur le partage et l’entraide. Il se déplace la plupart du temps à vélo : la Loire à Vélo, l’Eurovélo 6, la Véloscénie… Et a contribué à de nombreux projets associatifs. Il consacre ses loisirs à l’escalade et à la course à pied.

Kevin est cadreur / monteur dans le milieu audiovisuel. Il a entre autre réalisé un documentaire sur la tournée d’un Meilleur Ouvrier de France Glacier au Maroc et en Chine. Il a aussi travaillé pour le rallye du Dakar et participé au 4L Trophy. Aujourd’hui il se tourne sur un projet plus écologique. Sportif depuis son plus jeune âge, il a fait de l’athlétisme et a poursuivi dans les sports de combat.

Est-ce que ce tour du monde est votre premier voyage à vélo ? Combien de temps partez-vous ?

Notre tour du monde n’est pas notre premier voyage à vélo. Nous voyageons depuis 10 ans suite à une première belle expérience sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Nous avons commencé le voyage avec des VTT et quelques petites sacoches, puis avec des sacs à dos pour finir sur des montures spécialement conçus pour ce tour du Monde !

Nous avons appris sur le tas sans chercher à avoir le meilleur vélo et équipement mais simplement à pouvoir nous déplacer et voyager dans les meilleurs conditions.

Comment avez vous défini l’itinéraire de ce tour du monde à vélo ?

Organisé un Tour Du Monde n’est finalement pas si simple. Il faut un départ et une arrivée. Nous voulions partir de Paris, de la Cathédrale de Notre-Dame-de-Paris, symbol de notre première aventure sur les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. La suite était plus complexe à gérer, nous connaissions notre route vers Dakar au Sénégal suite à des recommandations et des inspirations d’autres cyclovoyageurs.

Arrivés en Amérique du Sud nous avons limité nos prévisions et avons fait confiance aux itinéraires des locaux et autres voyageurs rencontrés sur notre route. Le partage, une valeur importante de ce périple !

Quel pays d’Amérique du sud avez-vous préféré parcourir à vélo pour le moment ? Et d’Afrique ?

Le pays d’Amérique du Sud le plus fou à notre goût a été la Bolivie. Pour ces rencontres, ces paysages diversifiés et ces conditions assez rudes. Un pays qui marque ! Pour d’autres raisons le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, le Chili et le Pérou sont des pays à découvrir à vélo. 

 En Afrique nous n’avons pas pédalé énormément puisque nous avons fait seulement trois pays : le Maroc, la Mauritanie et une petite partie du Sénégal. Ces trois pays sont à découvrir car ils sont tellement différents. Celui qui nous a marqué le plus serait peut-être le Maroc. Nous y avons passé le plus de temps et c’est le début de l’aventure, nous avions quitté l’Europe avec tout ses codes. Nous avons fait de magnifiques rencontres tout en ayant traversé de nombreux paysages. 

Des conseils pour trouver un bateau pour traverser l’atlantique sans prendre l’avion ?

La patience. C’est le meilleur conseil ! Il faut consacrer du temps pour rester sur place et faire des rencontres pour trouver un bateau. Il faut faire marcher son propre réseau créé en voyage et petit à petit l’idée émerge et se réalise. La chance est aussi un facteur à prendre en compte mais si vous venez à la bonne période et faites la bonne rencontre le voyage en bateau est possible. 

Votre plus belle anecdote du voyage à vélo jusqu’à maintenant  ? Votre plus grosse frayeur si il y en a une ?

La plus belle anecdote… Pas facile ! La rencontre du capitaine, Guillaume, pour la transatlantique, la rencontre de Michel en Argentine ou celle de Javier ou encore en Bolivie la merveilleuse rencontre de Jeremias et toute sa famille. Bref nos anecdote tournent beaucoup autour des rencontres, un élément important de notre voyage. 

Sur la Ruta 40 nous nous dirigions vers Salta en suivant cette immense ligne droite sous un soleil relativement fort. Nous nous sommes arrêtés à un abri et un homme est venu vers nous pour nous proposer de l’eau, avec un bidon de 5L. Nous avons accepté et sommes restés discuter avec Javier. La conversation tournait autour de l’éclipse solaire totale qui passait dans précisément où nous étions. C’était dans quatre jours. Javier nous a invité à dormir chez lui et sa famille pour assister à l’événement. C’était une semaine merveilleuse où Javier a tout fait pour qu’on se sente bien. Nous avons observé ensemble l’éclipse solaire totale et avons quitté toute la famille avec les larmes aux yeux…

C’est une anecdote parmi les nombreuses autres depuis deux ans de voyage. 

Quel est le budget de votre tour du monde à vélo ?

Nous avons estimé notre budget à 10 euros par jour et par personne sur 3 ans. Soit un budget nourriture/logement de 10 900 euros par personne. À cela il faut ajouter l’assurance, les vêtements, les équipements, le vélo, le matériel audiovisuel et les frais divers. Nous avons donc estimé à 60 000 euros au total pour deux personnes. 

Avez-vous eu des sponsors pour ce voyage à vélo ?

Afin de couvrir le maximum de frais nous avons fait appel à des partenaires ou sponsors, nous en avons 18, qui nous aide pour l’assurance, la réalisation des vidéos mensuelles, la diffusion, des soutiens financiers… Nous avons été soutenu par GobyAVA notamment ou encore O’Clock Brewing… 

Un conseil que vous auriez aimé recevoir avant de partir ?

Le plus important à recevoir avant de partir c’est du soutien, de l’encouragement ! Tout ce qui concerne le matériel viendra tout seul. L’important c’est d’être bien entouré. 

Et maintenant, c’est quoi la suite du voyage ?

La suite dépend du coronavirus. Nous avons du faire une pause à Lima, au Pérou pour rentrer en France. Nous attendons que la situation dans le Monde change avant de donner un dernier coup de pédale et rejoindre Paris à vélo. 

L’aventure nous réserve des surprise chaque jour, il faut savoir s’adapter et remettre en cause son voyage en permanence. L’aventure à vélo c’est ça. 

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.