Aller au contenu

La Croatie à vélo le long de l’EuroVelo 8

Temps de lecture : 9 minutes

Nous avons parcouru la Croatie à vélo en suivant l’EuroVelo 8 de l’Est vers l’Ouest pendant 2 semaines : découvrez notre récit de voyage et nos conseils !

Quand partir à vélo en Croatie ?

Le long de sa côte littorale, la Croatie possède un climat méditerranéen avec des hivers très doux, autour de 10°C, et des étés chauds voire très chauds et secs à plus de 30°C. Dans les terres, le climat est plutôt continental avec des hivers plus rudes (5°C à Zagreb en janvier par exemple), et des étés chauds et plus humides que sur la côte.

Si vous comptez suivre l’EuroVelo 8 en Croatie, vous pourrez donc profiter d’un climat doux hors saison mais (très) chaud en été. En effet, l’itinéraire de l’EuroVelo 8 suit principalement la côte croate.

Source : partir.com

La Croatie à vélo : les infos pratiques

  • Monnaie : Couronne tchèque (25 couronnes tchèques = 1 euro)
  • Coût de la vie : Moyen-élevé
  • Densité : Moyenne
  • Capitale : Zagreb
  • Climat : Continental, chaud en été et froid en hiver
  • Difficulté : Difficile
  • Anglais : Relativement peu de personnes parlent l’anglais en dehors des grandes ville. Si besoin essayer de demander aux jeunes adultes qui parlent souvent anglais.
  • Circulation : Beaucoup de circulation automobile le long de la côte, prudence.

Notre itinéraire vélo en Croatie (EuroVelo 8)

Lors de notre voyage à vélo en Croatie, nous avons principalement suivi l’itinéraire de l’EuroVelo 8 le long de la côte. Cet itinéraire n’est pas balisé, nous avons suivi le GPX et puis de toute façon il n’y a pas des dizaines de routes le long de la côte donc c’est relativement simple à suivre 😀 Des variantes sont également possibles sur l’EuroVelo 8 en passant par les îles croates grâce aux nombreux ferries.

Quelques passages sont vraiment peu adaptés au voyage à vélo cependant : on a dû pousser les vélos sur des chemins plutôt typés randonnée. On s’est également dit qu’en haute saison il devait y avoir pas mal de circulation sur certaines routes et qu’on était bien heureux d’y être en Octobre !

Jour 1-2 : la Croatie à vélo de Ploce à Split par l’EuroVelo 8

Quatre options sont possibles pour rejoindre Split à vélo depuis Ploce : 

  1. Prendre le ferry à Drvenik pour rejoindre l’ile de Hvar, la parcourir à vélo puis rallier Split en ferry directement depuis Stari Grad
  2. Prendre le ferry à Drvenik pour rejoindre l’ile de Hvar, la parcourir à vélo puis rallier la seconde ile de Brac en ferry depuis Jelsa. Parcourir ensuire l’île de Brac à vélo avant de prendre le ferry à Supetar pour Split.
  3. Prendre le ferry à Makarska pour rejoindre l’ile de Brac, la parcourir à vélo puis rallier Split en ferry directement depuis Supetar.
  4. Longer la côte croate sans prendre de ferries. C’est cette option que nous avons choisi, la météo étant très incertaine !

Nous avons suivi la côte, avec relativement peu de trafic et des paysages dingues entre Polce et Makarska, même si certaines portions de l’EuroVelo 8 sont plutôt des chemins de randonnée qu’un itinéraire de cyclotourisme. On se retrouve donc à pousser les vélos sur des cailloux parfois dans des conditions frisant le ridicule 😀

En tout cas les paysages en jettent ! On pédale presque les pieds dans l’eau sur plusieurs portions entre mer et montagne. Cependant, nous sommes hors saison (en Octobre plus précisément), donc ça doit être moins fun quand tout est bondé de touristes et qu’il faut slalomer le long de la marina.

Nous souhaitions traverser à vélo l’île de Brac depuis Makarska mais une tempête arrive et on a un peu peur de se retrouver bloqué sur l’île. Surtout qu’ils y annoncent une météo dantesque alors que la côte a l’air plutôt épargnée. Nous préférons donc longer la côte jusqu’à Split et son arrivée par un énorme périphérique plutôt impressionnant, le tout sur une montée assez coriace. En plus, les paysages sont plus urbanisés et moins sympas que la veille. Si vous le pouvez, privilégiez donc vraiment l‘île de Brac et l’arrivée à Split directement en ferry !

Jour 3 : De Split à Sibenik par l’EuroVelo 8

Nous quittons Split toujours le long de la côte croate et faisons un stop dans la superbe ville de Trogir. On vous recommande chaudement une visite, même si c’est un sacré slalom avec les vélos chargés dans les petites ruelles avec quelques trottoirs à passer (rires).

On traverse de jolies portions bien vallonnées en nous éloignant parfois de la côte, avec toujours des oliviers et des murets en pierre qui nous rappellent le caractère méditerranéen de la Croatie !

Jour 4 : La Croatie à vélo de Sibenik à Zadar

Nous vous recommandons vivement de passer par les îles de Pašman et Ugljan à vélo pour rejoindre ensuite tranquillement Zadar en ferry ! De notre côté, toujours de l’orage annoncé sur l’île, on restera donc encore une fois sur la côte croate 😀 Rien de bien formidable sur cette étape, avec le trafic qui se densifie en arrivant sur Zadar.

Nous dormons un peu après Zadar, en direction de l’île de Pag, qu’on nous annoncé être très chouette à vélo !

Jour 5 : L’île de Pag à vélo (Croatie)

La journée sur l’île de Pag est lunaire : le paysage est ultra sauvage et les terres sont pelées par le vent qui souffle ici en permanence. tantôt fort, tantôt très fort. La traversée du pont qui relie l’île au continent avec des rafales de vent à 80 km/h nous secoue de tous les côtés et annonce la couleur : le vent ne rigole pas avec les cyclistes et les motards sur l’île de Pag. Morgane se marre franchement, partagée entre l’appréhension et les montagnes russes gratuites.

Les dénivelés sont assez costauds sur l’île de Pag, en étant aussi chargés que nous et bah c’est pas de la tarte la Croatie à vélo ! En tout cas cette portion sauvage est probablement l’une des plus belles du voyage, et on se retrouve souvent seuls au monde en ce mois d’Octobre plutôt doux. Des routes de terre en bord de mer, des collines verdoyantes, ça a un même petit air d’Irlande parfois quand on croise des moutons !

Nous trouvons finalement un bivouac incroyable dans une crique protégée, au bord de l’eau, un vrai décor de paradis. Après quelques allers-retours pour porter les vélos et les sacoches, on s’installe pour manger et une courte nuit : nous devons repartir à la lampe frontale le lendemain matin pour faire à vélo les 15 derniers km jusqu’au port de Lun et prendre le seul ferry du jour à 7:30 du matin ! Rouler quand il fait nuit noire à la frontale sur des petites routes de terre en bord de mer est une sacré expérience, croyez nous 😀

Jour 6-7 : Les îles de Rab et Krk (Croatie) à vélo

Faites très attention aux horaires si vous voulez prendre votre vélo dans les ferries en Croatie. En effet, ils ne circulent pas tous les jours hors saison, seulement en été. On vous conseille donc d’appeler la compagnie la veille pour éviter toute mésaventure !

Horaires du ferry entre Lun (sur l’île de Pag) et l’île de Rab

Infos pratiques

  • La traversée dure 30 minutes
  • Le ferry accepte les vélos (contrairement à ce qui est indiqué sur d’autres site web).
  • Prix : 70 KN (1 personne + 1 vélo) = environ 9€

L’île de Rab à vélo

Nous prenons le ferry (enfin plutôt le grand bateau !) avec 3 autres sympathiques cyclotouristes et traversons en une trentaine de minutes le bras de mer. L’arrivée à Rab est superbe, nous avons un grand soleil en plus ! L’île de Rab se traverse très rapidement à vélo, une grosse dizaine de kilomètres seulement. Il est très facile de prendre directement le second ferry entre Rab et Krk si vous arrivez le matin à Rab part le ferry de 7h30 🙂

Nous préférons de notre côté nous reposer un moment sur l’île de rab, et profiter de ses plages sauvages quasi désertes en ce mois d’Octobre. Nous prenons également le temps de visiter la vieille ville de Rab, une belle découverte à ne pas manquer. La balade le long de la jetée vaut le coup, on se régale. Le lendemain, on repart à vélo en direction de Krk, notre dernière île croate !

Horaires du ferry entre l’île de Rab (Lopar) et l’île de Krk (Valbiska)

Depuis Lopar, le ferry ne se rend qu’à Valbiska (sur l’île de Krk), pas dans la ville de Krk. Si vous voulez rejoindre la ville de Krk depuis l’île de Rab, alors il vous faudra prendre le ferry dans la ville de Rab (il faudra appeler la compagnie maritime pour savoir s’ils acceptent les vélos). La traversée entre Lopar et Valbiska dure environ 1h20 et est très agréable. Le ferry accepte les vélos et coûte environ 10€ par personne (vélo inclus).

Horaires du ferry Lopar-Valbiska hors saison

  • Lundi à Samedi : départs à 6h et 16h
  • Dimanche : départs à 6h et 17h15

Horaires du ferry Lopar-Valbiska en été (du 01/06 au 30/09)

Tous les jours : départs à 6h, 9h45, 14h et 18h30

L’île de Krk à vélo

La traversée de l’île de Krk se révèle honnêtement relativement peu intéressante par rapport à ce que nous avons déjà vu en Croatie. Une longue montée nous échauffe à la sortie du ferry puis nous suivons la route principale de l’île, la D102. De longues lignes droites avec pas mal de voiture, un peu de dénivelé et pas grand chose à se mettre sous la dent niveau paysages (rires).

Le trafic s’intensifie peu à peu en se rapprochant de Kralvejika, nous ne sommes finalement pas mécontents de rejoindre la côte ! Prochaine étape : la traversée des montagnes de l’Istrie à vélo !

Jour 8-9 : L’Istrie à vélo (Croatie)

L’Istrie est une région pleine d’histoire de la Croatie, avec de superbes villes médiévales le long de la côte et une région centrale montagneuse, de petits villages perchés et des vignes. Nous choisissons de la traverser l’Istrie à vélo par les montagnes, un peu lassés des paysages qui se répètent le long de la côte. Et peut-être aussi un peu agacés par la mentalité des croates de la côte qui sont trop penchés sur le tourisme pour nous et pas assez sur les rencontres fortuites que l’on aime tant.

Dès les premiers coups de pédales on apprécie : ça grimpe fort pour atteindre un premier col mais on retrouve déjà des pouces en l’air, des airs de la Bosnie que l’on a tant aimé, et des paysages naturels.

Une fois cette grosse difficulté passée, nous nous enfonçons dans la région de l’Istrie avec plaisir, nous délectant de ces couleurs automnales. De nombreux jolis villages nichés en haut des collines sont à ne pas manquer : Buzet, Motovun, Završje, Groznjan. On ne va pas vous mentir : ça grimpe fort mais on est vraiment récompensé de nos efforts avec des vues à couper le souffle !

Nous finissons notre aventure à vélo en Croatie bien fatigués avec ce dénivelé important mais le sourire aux lèvres, ravis d’avoir vu tant de paysages différents. Entre mer et montagne, on vous recommande donc chaudement de découvrir la Croatie à vélo mais d’être prêts physiquement !

4 commentaires

  1. Bonjour à vous,

    Je viens d’arriver en Croatie avec mon conjoint et mes deux jeunes enfants. Nous avons traversé la zone Shengen. Je me demandais, avez-vous trouvé des campings ou vous avez bivouaqué? Si vous avez bivouaqué, était-ce difficile de trouver un endroit?

    Merci de m’éclairer!

    Karine

  2. Hello, je pars bientôt à vélo sur l’euro 8 et seront vers fin novembre/décembre en Croatie. J’ai lu beaucoup d’article sur la Croatie à vélo et je dois avouer que ça à l’air très technique. De Split à Dubrovnik, est ce que vous êtes passé.e.s par la route qui fait toute la côte ou vraiment, il existe un chemin tout du long de la côte en contre-bas pour les randonneurs et « cyclistes » ?
    Est-il difficile en terme de dénivelé ?
    Bonne journée 🙂

  3. Bonjour à vous2,
    Comment êtes-vous allés au debut de votre périple? Bus , train ,avion? et lieu du départ
    Bien à vous
    Sportivement

    Xavier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.